Archives départementales de l'Indre

Accueil > Découvertes > Des personnages... > Sainte Elisabeth Bichier des Ages (1773-1838)

Découvertes

Sainte Elisabeth Bichier des Ages (1773-1838), une vocation religieuse sous la Révolution

Elisabeth Bichier des Ages - Huile sur toile, anonyme, v. 1830 - Le Blanc (Indre), église Saint-Génitour. Inscrit au titre des Monuments historiques (25 janvier 1995) - Détail

La famille Bichier est une ancienne famille berrichonne, dont une branche s'établit au Blanc. Plusieurs de ses membres y exercent au XVIIe siècle des charges d'officiers. Au début du XVIIIe siècle, la famille fait l'acquisition du château des Âges, près du Blanc. Antoine Bichier, sieur des Âges, procureur du roi en la juridiction des dépôts de sels et commissaire des poudres et salpêtres du Blanc, épousa en 1766 en secondes noces Marie Augier de Moussac.

 

Jeanne Elisabeth Marie Bichier, leur fille, naquit au Blanc le 5 juillet 1773, et fut baptisée ce même jour en l'église Saint-Génitour. Après avoir étudié à Poitiers, elle rejoignit sa famille au château des Âges. Sous la Révolution, son frère aîné, Antoine-Laurent, émigra et servit dans l'armée des princes. Elisabeth et sa mère, qui s'étaient installées au Blanc après le décès d'Antoine Bichier en 1792, furent un temps emprisonnées à Châteauroux, puis s'installèrent en 1796 à Béthines (Vienne), dans leur propriété de La Guimetière. Elisabeth fit en 1798 la rencontre de l'abbé André-Hubert Fournet (1752-1834, canonisé en 1933), curé de Saint-Pierre-de-Maillé (Vienne) et prêtre réfractaire, qui célébrait des messes clandestines.

 

Après que le Concordat de 1801 eut ramené la paix religieuse, Elisabeth partit se former à la vie religieuse à Poitiers pendant un an, puis s'installa avec quelques compagnes à Maillé (Vienne), dans une gentilhommière nommée de Molante. 5 soeurs y demeurent, vivant suivant un réglement composé par Elisabeth et le père André. En 1807, elles prononcent leurs voeux et se vouent au soulagement des malades et à l'instruction des pauvres, particulièrement les jeunes filles.

 

La maison de Molante devenant trop petite face à l'afflux de soeurs, la communauté s'installe au bourg de Saint-Pierre de Maillé, puis dans l'ancien prieuré fontevriste de La Puye. Le père Fournet demeura jusqu'à sa mort supérieur de cette communauté. D'autres sont progressivement créées à travers la France et, en 1812, la congrégation des Filles de la Croix-Saint-André (dites soeurs de Saint-André) fut approuvée. Elle comptait en 1830 63 maisons, dont la "Maison de Charité" de Valençay, qui lui fut confiée par ses créateurs, Charles-Maurice de Talleyrand-Périgord et la duchesse de Dino.

 

Devenue supérieure générale de son ordre, Elisabeth Bichier des Âges mourut à La Puye le 26 août 1838. Elle fut béatifiée par Pie XI le 13 mai 1934, puis canonisée par Pie XII le 6 juillet 1947.

 

(Dossier préparé par Anne Gérardot - Archives départementales)

A l'occasion de la Journée internationale des femmes, la Déléguée départementale aux droits des femmes / DDCSPP et les Archives départementales présentent, avec les collaborations amicales de Vanessa Weinling, directrice du musée George Sand et de la Vallée noire de La Châtre, et de Sylvie Giroux, directrice du château de Valençay, un choix subjectif de biographies dédiées aux femmes indriennes.

C'est aussi l'occasion d'écouter ou de réécouter Portraits de femmes, une récente émission de la série "Mémoires vives" réalisée par la radio RCF en Berry en partenariat avec les Archives départementales.


Elisabeth Bichier des Ages - Huile sur toile, anonyme, v. 1830 - Le Blanc (Indre), église Saint-Génitour. Inscrit au titre des Monuments historiques (25 janvier 1995)

Espace personnel